Le fruitier

Oh toi, le confident de mes jeunes années
Beau, fort, solide, enraciné
Je t’ai gravi, tu m’as nourrie d’années en années
Tel un refuge tu m’as protégée
Silencieux, mes plaintes tu as écouté
Immobile, mes coups tu as encaissé
Toujours plus haut tu m’as laissée monter
Toujours plus beau je t’ai admiré
Chaque année j’ai vu tes manteaux blancs s’envoler
Comme je me suis délectée de tes cœurs ensanglantés
Tu étais mon nourricier préféré
Tu étais mon cerisier.

Share